Entretenir la flamme

Exemplaire face au PSG, buteur à Belfort, Manfred Ekwe-Ebele vit, à l’image de son équipe, un début de saison idyllique. Une forme ascendante que le nouveau capitaine Ludovicien compte bien entretenir ce soir (18 h), à l’occasion de la venue de Raon-l’Étape au stade de la Frontière.

Il y a deux semaines, après le succès inaugural face à la réserve du Paris Saint-Germain, Manfred Ekwe Ebele tenait un discours posé et refusait de céder à l’enthousiasme ambiant. Une semaine plus tard, après une nouvelle victoire qui en dit long du côté de Belfort, il n’est toujours pas question de s’enflammer pour le nouveau capitaine Ludovicien. « Ce ne sont que deux matches, il y en a encore beaucoup d’autres à venir et pas mal de choses à régler. On ne va pas tirer de conclusions après seulement deux rencontres. »

La voix de la sagesse a parlé. Si les Ludoviciens sont revenus de leur court déplacement dans le Territoire de Belfort avec les trois points, ils le doivent aussi à la maladresse de leur adversaire – « Belfort aurait pu tuer le match dans la première demi-heure » , dixit Ekwe-Ebele. Mais pas que.

Les raisons de ce renouveau sont sûrement à chercher ailleurs. « Je ne suis pas surpris par notre début de saison » , enchaîne le récupérateur Alsacien. « Peut-être que par le passé, on était plus talentueux individuellement. Cette saison, il y a davantage de communication et une volonté de bien faire, qui passe par les échanges entre les joueurs. En dehors des matches, ça parle et ça vit foot. Le noyau dur de l’effectif essaye d’apporter pas mal de maturité, et même les jeunes possèdent de l’expérience aujourd’hui, à l’image de Mathieu (Saidou) ou Alex (Gisselbrecht). »

Intronisé capitaine à l’intersaison pour succéder à Hakim El Bounadi, parti au FC Mulhouse, Ekwe-Ebele semble se sublimer dans ce nouvel uniforme. « Cela s’est fait naturellement, avec l’aval du groupe. Cette fonction de porte-parole me plaît. On m’a donné les clés du vestiaire, mais j’ai fait des doubles » , rigole l’ancien Colmarien, conscient d’avoir en Marc Kalenga un suppléant de luxe.

« Le message que j’essaye de véhiculer passe bien, le groupe en tire les fruits collectivement avec les victoires, et pour moi, ça se passe bien individuellement » , déclare celui qui a trouvé les filets samedi dernier au stade Serzian.

Trop souvent absent la saison dernière, expulsé à deux reprises, le milieu Ludovicien a su faire son autocritique durant la trêve. « Je dois donner l’exemple dans mon attitude sportive et extra-sportive. Je m’efforce d’être droit, juste, et les mecs le ressentent. »

Ce soir (18 h) au stade de la Frontière, le FC Saint-Louis Neuweg aura besoin d’un Ekwe-Ebele en pleine forme pour poursuivre sa marche victorieuse. Face à une formation de Raon-l’Étape qui a touché le fond samedi dernier à domicile face à Saint-Priest (1-6), et qui navigue en queue de peloton, les Ludoviciens partiront grandissimes favoris. Une étiquette qui ne plaît guère au capitaine frontalier. « La situation de Raon-l’Étape est dangereuse, c’est une bête blessée dont on ignore quelle sera la réaction. On abordera ce match avec humilité et prudence, mais avec un gros capital confiance quand même. »

Une troisième victoire de rang donnerait-elle des idées aux Ludoviciens, cantonnés à jouer le maintien depuis deux saisons ? « On n’est pas un club qui peut se permettre de dire ‘‘On doit gagner à chaque sortie’’ » , poursuit Ekwe Ebele. « On n’a pas la pression du résultat que peut avoir Annecy ou Le Puy. Nous sortons très vite de l’euphorie d’un match pour se concentrer sur le suivant. »

Avec des adversaires qui paraissent plus abordables lors des prochaines semaines (Raon-l’Étape, Yzeure, Schiltigheim) que lors des deux premières journées, le FC Saint-Louis Neuweg peut toutefois rêver de prolonger sa belle dynamique estivale.

 

Source : L'Alsace.