Bidouzo qualifie Saint-Louis

Héroïques, les Messins de l’APM, pensionnaires de Régional 1, ont poussé le FC Saint-Louis Neuweg en prolongations, avant de s’incliner sur une erreur de marquage (1-0). Les Ludoviciens verront le 7ème tour de la coupe de France dont le tirage au sort aura lieu jeudi à Paris.

L’APM Metz a pu mesurer le poids immense des petits détails, ce dimanche, dans son stade Emile-Weinberg. Son sort s’est joué à peu de chose face au FC Saint-Louis Neuweg : quelques centimètres, une tête plus cadrée et surtout cette erreur défensive qui a annihilé tous les efforts Mosellans. Car il aura suffi d’une absence au marquage, sur un centre d’Elia, pour voir Bidouzo ajuster Dropsy et soulager les Alsaciens (113e ), alors que le traquenard se concrétisait.

L’épilogue est malheureux pour des Messins auteurs « d’un vrai match de coupe » , selon leur entraîneur Romain Perfetto. « On voulait vraiment les emmener aux tirs au but , regrette Adrien Maire. Notre plan fonctionnait bien. Physiquement, on a senti que l’adversaire était au-dessus. Il avait la possession, il nous a fait courir, mais on est resté en place, sans prendre de risque. Après, il a suffi d’une erreur pour perdre. »

S’ils ont refait le match en soirée, les coéquipiers de Mathieu Charpentier ont dû nourrir quelques regrets. La tête de Bergère, d’entrée, n’était pas passée bien loin (4e ). Vincent Arona n’a pas réussi à glisser son pied sur un corner avant la pause (45e+2). Son frère, Romain, a obligé le gardien à se détendre à la fin du temps réglementaire (90e +2). Sans oublier cette nouvelle intervention d’Idir sur une tête de Moinier (97e ). Preuve que l’APM a su s’ouvrir quelques fenêtres de tir, mais elle ne les a pas exploitées. À sa décharge, il était difficile de rester lucide après avoir consenti autant d’efforts défensifs. Il fallait voir les « anciens », Maire et Charpentier, se dépouiller en prolongations pour arracher l’exploit. Ou Mboa puiser dans ses réserves pour emmener les derniers contres. Les Messins étaient à bout de souffle, mais ils ont toujours trouvé les ressources pour rester dans le coup. À l’opposé, Saint-Louis n’a jamais quitté son rythme de sénateur. Supérieur techniquement et sûr de sa force, le club Alsacien a déroulé sa partition en père tranquille, laissant à Axel Bidouzo le soin d’électriser la rencontre. L’homme du match assurément. Le seul à vraiment dynamiser les débats.

Son but a d’ailleurs soulagé un ensemble qui n’a jamais réussi à être tranchant. Par manque de justesse parfois ou à cause d’Arnaud Dropsy. Le jeune gardien a en effet claqué une frappe de Diampo en corner (47e ) et capté les deux tirs d’Asad (71e ) et Camara (77e ). C’est encore lui qui s’est détendu sur un dernier essai de Bidouzo (115e ), mais le mal était fait depuis trois minutes. L’APM Metz avait plié sur son seul moment d’égarement. Déjà bourreau des Mosellans, deux ans plus tôt, Saint-Louis a remis le couvert.

 

Source : L'Alsace.

Les photos de la rencontre