Saint-Louis s'attend à souffrir

Battu la semaine passée sur son terrain par Villefranche, le FC Saint-Louis Neuweg retrouve le stade de la Frontière dès ce soir (18 h) en espérant rebondir immédiatement face à Épinal. Un club qui s’est intéressé à plusieurs reprises à Axel Bidouzo, le milieu offensif frontalier.

Après deux années passées avec le maillot du FC Saint-Louis Neuweg, Axel Bidouzo, sous contrat jusqu’en juin prochain, ne faisait pas partie l’été dernier des priorités des dirigeants Ludoviciens. Ceux-ci lui avaient même entrouvert la porte pour un éventuel départ. Mais aujourd’hui, le milieu offensif formé à Metz et venu de Jura Sud, est toujours là et il joue beaucoup plus que lors de ses deux premières saisons. « Cela fait partie des bizarreries du football , sourit le jeune joueur de 24 ans. Je ne m’attendais pas trop à jouer et voilà que j’enchaîne les matches. C’est tout bénéfique pour moi et j’essaye de rendre cette confiance à l’entraîneur et à l’équipe du mieux possible ».

L’ancien Messin sait qu’il a encore des progrès à réaliser, notamment en termes d’efficacité offensive. Samedi dernier, face à Villefranche, il a hérité des deux meilleurs ballons de sa formation, frappant une fois au-dessus, manquant son contrôle alors que la voie vers le but semblait grand ouverte. « Il me manque encore le dernier geste, la dernière passe, le dernier contrôle , reconnaît le milieu offensif. Samedi dernier, sur un contrôle raté, le match a basculé, puisque notre adversaire a marqué quelques minutes plus tard. C’est rageant, mais ce match est désormais oublié, on est passé à autre chose ».

La tâche suivante s’annonce très ardue pour les Ludoviciens, qui accueillent ce soir (18 h) au stade de la Frontière Épinal, relégué en mai dernier du National. Un club qui a suivi Axel Bidouzo depuis plusieurs saisons. « Depuis que je portais le maillot de Jura Sud, nous avons été en contact , révèle le frontalier. Je n’ai pas pu faire un essai lorsque j’étais dans le Jura pour des raisons de calendrier. Puis je venais d’arriver à Saint-Louis, c’était donc compliqué ».

L’été dernier, les Vosgiens reviennent à la charge, mais uniquement dans l’optique d’un repêchage en National. « J’ai demandé à mes dirigeants de me laisser faire un essai là-bas. J’y ai donc passé une journée. A priori, c’était plutôt concluant, mais comme Épinal est reparti en National 2, ils n’ont pas donné suite ». Le Ludovicien a quand même pu se faire une petite idée de ce qui l’attend, avec ses coéquipiers, tout à l’heure. « Je connais pas mal de joueurs spinaliens, de nom ou de connaissance. Steve Haguy a notamment été mon coéquipier à Jura Sud, alors que Désiré Segbe Azankpo était au centre de formation de Metz avec moi. Nous échangeons encore souvent. C’est une très belle équipe, qui dispose de nombreux joueurs chevronnés, ayant évolué un échelon au-dessus, voire chez les pros ». Saint-Louis s’en était d’ailleurs rendu compte lors de la préparation.

Le 26 juillet dernier, à Riquewihr, les frontaliers avaient été dominés dans les grandes largeurs par les Spinaliens (3-1). « Ils avaient mis une grosse intensité durant toute la rencontre. Nous savons que ça va être fort, mais nous n’avons pas à rougir de nous-mêmes. Nous avons aussi des qualités et je m’attends à un match âprement disputé. Pour l’instant, notre saison est en dents de scie, nous avons du mal à faire preuve de régularité, d’autant plus qu’en raison des blessures, l’équipe change relativement souvent. »

Les Ludoviciens sont donc tout à fait capables de rebondir pour éviter d’enchaîner un second revers d’affilée. Épinal, de surcroît, connaît aussi quelques faiblesses. Troisièmes, avec trois points d’avance sur Saint-Louis, les Spinaliens ont disposé samedi dernier de Saint-Priest 3-2, après avoir été menés 2-1 à quelques minutes de la fin. Cela peut donner quelques idées aux frontaliers.

 

Source : L'Alsace.