Saint-Louis secoué mais qualifié

Secoué par un violent orage et une courageuse équipe de Hégenheim (Régional 1), le FC Saint-Louis Neuweg, qui menait 3 buts à 0 à la 40e , s’est fait peur mais a assuré l’essentiel hier sur la pelouse de son voisin, à savoir une qualification pour le 8e tour de Coupe de France.

« Même s’il y a eu de bonnes choses, il y en a aussi eu de très mauvaises. A l’arrivée on ne retiendra que la qualif’» , soufflait hier après-midi l’entraîneur du FC Saint-Louis Neuweg Vincent Rychen qui, en battant Hégenheim (2-3), a hissé une nouvelle fois son équipe au 8e tour de Coupe de France (pour la 4ème fois en 6 ans).

Pourtant, avant cette fameuse 40e minute, l’orage qui a frappé peu avant la pause et les deux buts éclairs du FC Hégenheim, l’entraîneur Ludovicien, qui malgré deux divisions d’écart a aligné le meilleur onze de départ possible, aurait pu tenir un tout autre discours.

Appliqués dans le jeu et réalistes devant le but, ses joueurs ouvrent le score dès la 7e après un centre tir de Holtz prolongé dans ses propres filets par Richard. Le gardien local Paulos, déjà décisif dans les pieds de Celestine à la 3e , sauve encore les siens à la 11e , avant d’encaisser un deuxième but : Bidouzo, sur l’aile gauche, emmène un amour de centre que Solvet reprend d’une reprise de volée instantanée du pied droit (25e ). C’est ensuite du gauche, que ce dernier porte le score à 0-3 après une nouvelle reprise (40e ).

On pense alors que la qualification est d’ores et déjà acquise pour Saint-Louis, ce qui ne semble pas être de l’avis de Dame nature qui se met immédiatement à gronder et n’offre même pas le temps aux Ludoviciens de revenir dans leur camp pour l’engagement. Le vent se lève et la grêle s’abat sur un terrain que les 22 acteurs quittent en courant pour se mettre à l’abri. La rencontre est arrêtée et reprend quelques minutes plus tard, après avoir retiré les nombreuses branches tombées sur la pelouse.

Si l’orage semble avoir réveillé les Hégenheimois, les Ludoviciens reviennent, eux, complètement tétanisés et parviennent à encaisser deux buts avant la pause, alors qu’il ne reste que cinq minutes à jouer. Elhani déborde sur l’aile droite et adresse un centre fort que Kalenga dévie dans sa cage, comme Richard en début de match (44e ). Une minute plus tard, Steiner, libre de tout marquage, tente alors sa chance des 20 mètres et trompe Idir (45e ).

En deuxième période, les quelque 250 spectateurs de ce derby frontalier assistent davantage à un combat qu’une rencontre de football. Le terrain souffre de la pluie qui ne cesse de tomber, ce qui favorise les duels âpres et ne facilite pas la tâche de joueurs qui prennent le moins de risques possible.

Mais comme en première période où trois buts ont été inscrits dans les cinq dernières minutes, il faut attendre la 86e pour voir la rencontre s’emballer. Côté Ludovicien, Solvet, à deux reprises, manque de peu le cadre (86e , 88e ), Da Sylva met Paulos à contribution, avant de frapper le poteau dans la même minute (87e ) et Ekwe-Ebele trouve la barre (90e +2).

Si ses coéquipiers ne sont pas en réussite devant pour «tuer» le match, le dernier rempart Jérôme Idir va quant à lui briller et tenir à lui tout seul la qualification du FC Saint-Louis Neuweg. Steiner, buteur en première mi-temps, manque la balle de l’égalisation (88e ), tout comme Stangl qui bute sur Idir (90e +1). Ce dernier sort ensuite le grand jeu devant Gil et encore Steiner (90e +2). Idir est ensuite tout heureux de voir la dernière tentative (un retourné acrobatique signé de l’ex-Ludovicien Créquit effleurer la transversale).

Vincent Rychen peut souffler. Ses joueurs ont souffert, mais disputeront bien le 8e tour de Coupe de France lors du premier week-end de décembre, face à un adversaire qui sera connu demain (19 h) lors du tirage.

« Pontarlier là-bas ? » , propose en rigolant Guillaume Créquit à son ex-entraîneur Vincent Rychen, en référence à cette destination qui ne réussit pas aux clubs Alsaciens comme le FC Mulhouse éliminé samedi (2-1) et Saint-Louis qui y est tombé sur le même score, également au 7e tour, il y a quatre ans. « Je préfère éviter ce tirage, sourit l’entraîneur Ludovicien qui n’est pourtant pas difficile. On prendra ce qu’on nous donne, de préférence à domicile. »

De toute façon, que l’adversaire soit plus ou moins fort que le FC Saint-Louis Neuweg, celui-ci devra cette fois signer une prestation aboutie sur 90 minutes s’il compte se hisser au tour suivant qui marquera l’entrée en lice des équipes de Ligue 1.

 

Source : L'Alsace.

Les photos du match