Saint-Louis s'attaque au patron

Revenu en forme après un début de saison plombé par une blessure au dos, Fadel Niang dirigera la défense d’un FC Saint-Louis Neuweg qui s’attend à être mis à rude épreuve, ce samedi en fin d’après-midi (17 h), sur la pelouse du leader du National 3, Andrézieux.

Les saisons passent, mais lui reste. Au cours de l’année, Fadel Niang a perdu coup sur coup Samir Nouicer et Hakim El Bounadi, ses deux compères de la charnière centrale avec qui il a beaucoup appris et fait les belles heures du FC Saint-Louis Neuweg.

À 27 ans, et pour sa cinquième saison dans la cité frontalière, le défenseur Sénégalais était donc appelé à prendre le flambeau pour apporter toute l’expérience accumulée au cours des saisons précédentes. Mais une vilaine blessure au dos est venue gâcher son début de championnat.

« Mon dos était trop courbé à cause d’une vertèbre qui allait vers l’avant, cela me causait beaucoup de douleurs, explique-t-il. Le kiné a réussi à me redresser le dos, je vais mieux et je peux de nouveau être à fond, aussi bien à l’entraînement qu’en match. »

Si son association avec Behlow reste encore à parfaire, de réels signes encourageants ont été perçus lors de la victoire face à Épinal il y a deux semaines (2-1).

« On essaye de trouver des automatismes, sur et en dehors du terrain, pour aider l’équipe à gagner , souligne Fadel Niang. Face à Épinal, on a su rectifier le tir après être passé à côté face à Villefranche, grâce à un état d’esprit irréprochable et plus de réussite. »

Et même si tout n’a pas été idéal, les Ludoviciens ont confirmé leur regain de forme la semaine dernière du côté de Hégenheim, en Coupe de France (2-3). « On a fait le taf au début, mais après l’interruption du match à la 40e minute, on prend deux buts » , regrette le défenseur Sénégalais, toutefois satisfait du caractère affiché par son équipe au cours de la seconde période. « On est resté solidaire malgré l’état du terrain et la météo compliquée. Et puis, Idir a réalisé les arrêts qu’il fallait pour passer ce tour. » Et ainsi s’offrir le droit de recevoir le FC Sochaux-Montbéliard (Ligue 2), dans deux semaines, au Stade de la Frontière. Un tirage au sort qui ne perturbe pas les nuits de Fadel Niang, focalisé sur le déplacement à Andrézieux programmé cet après-midi (17 h). « Sochaux, ce sera une belle affiche, même si ma préférence allait vers une ‘‘petite équipe’’ pour le 8tour. De toute façon, je suis concentré sur Andrézieux, où il faudra s’attendre à souffrir et à disputer un match de coupe, car cette équipe est au-dessus du lot. »

Forts de huit victoires après dix journées, portés par le deuxième meilleur buteur du championnat (Spano, 8 buts) et par un collectif bien huilé, les Auvergnats survolent ce début de saison, même si la sortie de route à Saint-Priest il y a deux semaines (2-0) semble indiquer un léger fléchissement de leur part.

Fadel Niang n’a en tout cas pas oublié le voyage à Andrézieux en décembre dernier. « Quand on est arrivé là-bas, on était tous un peu choqué » , rapporte le défenseur Ludovicien au sujet des installations du club Auvergnat. « Ils possèdent un beau terrain en herbe, deux synthétiques à côté, deux tribunes (avec une capacité de 5000 places) et déjà, à l’époque, une belle équipe. »

Sans Jennane, ni Saidou et Brom, toujours à l’infirmerie, sans Gisselbrecht et Celestine, suspendus, Saint-Louis se présentera diminué tout à l’heure. Mais les retours progressifs de Holtz et Solvet offrent à Vincent Rychen des cartouches supplémentaires en attaque. Ce ne sera pas de trop pour tenter de mettre à terre le patron du championnat. « Il n’y a pas le choix, si on veut ramener un résultat, il faudra afficher le même visage que contre Épinal » , conclut un Fadel Niang déterminé, et enfin libéré de ses soucis.

 

Source : L'Alsace.