Saint-Louis a su rivaliser

Un but aura suffi hier aux Andréziens pour renouer avec la victoire devant une solide équipe de Saint-Louis, qui s’est inclinée sur un corner et n’avait pas suffisamment de ressources offensives pour rivaliser avec le patron du championnat de National 2 (1-0).

Fadel Niang, le défenseur central de Saint-Louis, avait dit avant ce déplacement : « Si on veut ramener un résultat, il faudra afficher le même visage que contre Épinal. » Et de la volonté comme de la solidarité, les joueurs de Vincent Rychen n’en ont pas manqué, débutant cette rencontre sur un bon rythme.

La première occasion était pourtant Andrézienne, avec Romain Spano qui trouvait Idir sur sa route. Trois minutes plus tard, le tir de l’avant-centre de l’ASF était bien capté par Idir. Puis c’est Bennekrouf qui voyait sa frappe captée par le portier Ludovicien. Malmené, Saint-Louis refaisait surface et profitait de bonnes relances, se montrant aussi dangereux en contre avec Sartori et Solvet, sans oublier l’inusable Bidouzo à droite.

Mais cela manquait de précision sur la dernière passe et surtout la finition, aux deux formations d’ailleurs, pour ouvrir le score. Pour preuve, ce tir de Holtz hors cadre, puis cette double occasion pour Andrézieux avec Cabaton qui trouvait la transversale, puis cette frappe de Robert trop enlevée. Pas mieux du côté de Saint-Louis avec un tir de Solvet dans le petit filet extérieur, et une tête de Dasylva au-dessus. Le score était donc vierge à la pause, ce qui était plutôt frustrant pour des Andréziens ayant eu les occasions les plus nettes pour marquer.

Reparties sur les mêmes bases défensives et offensives, les deux formations cherchaient toujours la faille. Andrézieux, sur un centre de Spano, manquait l’ouverture, Diampo Sengele dégageant in extremis devant Bennekrouf. Puis Idir sauvait à nouveau les siens sur ce tir de Reynaud. Il ne fera que repousser l’échéance, car, sur un corner, Chapuis sautait plus haut que tout le monde pour catapulter le ballon hors de portée d’Idir (1-0, 60e ). Les Andréziens venaient de faire le plus dur en parvenant à ouvrir le score, mais il restait à préserver ce petit but d’avance face à des Ludoviciens loin d’avoir lâché le morceau.

Dès son entrée en jeu, Desmartin tentait de déstabiliser la défense frontalière, mais Niang et ses équipiers tenaient bon malgré cette tête de Cabaton hors cadre. Saint-Louis manquait de sang neuf pour tenter de revenir au score, pénalisé par les blessés ou suspendus. Vincent Rychen, l’entraîneur Alsacien, qui avait effectué ce déplacement à 14, ne pouvait rivaliser avec le banc Andrézien, et ce malgré l’abnégation d’un collectif ayant tout donné. Battu 1-0, Saint-Louis a manqué de profondeur de banc pour espérer au moins le partage des points.

 

Source : L'Alsace.