Rychen : "Nous avons été inoffensifs"

Le FC Saint-Louis Neuweg s’est une nouvelle fois raté dans les grandes largeurs samedi soir, incapable de produire du jeu face à une équipe de Chasselay qui a ouvert très tôt le score (1-0). La zone rouge n’est plus qu’à trois petites longueurs.

Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas du côté du stade de la Frontière. Hors sujet face à Villefranche, venu cueillir les trois points sans forcer (1-0), remarquables face à Épinal, dominé dans les grandes largeurs (2-1), le FC Saint-Louis Neuweg est retombé samedi soir dans ses travers et a logiquement concédé sa cinquième défaite de la saison face à Chasselay (1-0), pourtant relégable au coup d’envoi.

« Un match sur deux » , s’est désespéré un observateur régulier et avisé dans les tribunes samedi soir. Face aux Rhodaniens, les Frontaliers n’ont pas eu de répondant, n’ont jamais su se créer des occasions, mettre la pression sur une défense adverse qui ne s’attendait sans doute pas à passer une soirée aussi tranquille. « Nous avons été amorphes , reconnaît Vincent Rychen, l’entraîneur Ludovicien. Le premier but nous a fait mal. Nous avons bien essayé de relever la tête, nous avons tenté de booster les joueurs durant la mi-temps, mais nous n’avons pas trouvé la clé. Nous avons été inoffensifs ».

Samedi soir, tout s’est mal goupillé pour les Frontaliers, qui avaient plutôt bien entamé la partie, en monopolisant quasiment le ballon durant les dix premières minutes. Le hic est qu’ils ont commis une faute inutile à un endroit où il est plutôt avisé de ne pas en commettre (à une vingtaine de mètres dans l’axe), ce qui a permis à Farras de marquer le seul but de la rencontre d’une frappe à rebond qui a trompé Idir. Et en National 2, qui est un championnat plutôt fermé et où les équipes sont souvent proches les unes des autres, ouvrir le score rapproche déjà largement de la victoire. « Ce premier but nous a fait mal mentalement , acquiesce le technicien Haut-Rhinois. Nous sommes aujourd’hui conscients que cela devient très difficile pour nous lorsque nous sommes menés au score. Nous avons tenté de remonter le moral des troupes, mais l’effectif est conscient de ses lacunes ». Au premier rang de celles-ci figure évidemment l’efficacité offensive. En compagnie de Raon-l’Étape, la lanterne rouge (11) et d’Yzeure (12), l’attaque du FC Saint-Louis Neuweg est aujourd’hui le cancre du championnat avec 12 buts inscrits en 12 journées. Une moyenne d’un but qui est bien sûr insuffisante pour jouer un vrai rôle dans ce championnat, pour s’accrocher au podium, même si celui-ci n’est finalement qu’à quatre petits points.

« Le maintien, c’est en défense que nous l’obtiendrons » , soufflera encore samedi soir Vincent Rychen, qui cherche évidemment à faire progresser sa formation. « Tout est une question d’équilibre. Si nous jetons plus de forces vers l’avant, il y a de fortes chances que nous le payions derrière et cela serait dangereux. Samedi, face à une équipe qui nous ressemble, nous n’avons pas réussi à la déséquilibrer collectivement. Individuellement aussi, nous n’avons pas su jouer des un contre un ou centrer en première intention. Il faut travailler dans ce secteur-là, parvenir à être plus dangereux et marquer des buts. Mais c’est ce qu’il y a de plus difficile en National 2. Avant-hier, nous n’avons pas été bons, nous en sommes conscients. Nous allons donc nous réfugier dans le travail ».

« Pour ramener des points, nous devons tous être à 150 % , dira encore l’entraîneur Frontalier. Et cela demande beaucoup d’énergie ». Son capitaine, Manfred Ekwe-Ebele, estime justement que son équipe en a largement manqué samedi. « D’habitude, il y a toujours un, deux ou trois joueurs qui arrivent à soutenir l’équipe. Avant-hier, tout le monde a manqué d’énergie. Quand nous avons encaissé ce but, il nous a ramenés à la réalité : cela allait être très compliqué. Nous n’avons alors pas su trouver les ressources mentales pour rester debout. Désormais, le mot d’ordre sera de retrouver de l’énergie, c’est ce qui a fait la différence en début de saison ». Car si les Ludoviciens ne sont qu’à quatre points du podium, la zone rouge s’est bigrement rapprochée. Ils ne comptent plus que trois points d’avance sur le premier relégable, qui est désormais Schiltigheim. Après la parenthèse enchantée de la Coupe de France et la venue de Sochaux samedi prochain, il s’agira de finir au mieux le cycle aller, à Jura Sud, face à Montceau et au Puy. La suite de la saison pourrait fort bien en dépendre.

 

Source : L'Alsace.