Un coup de baguette magique ?

Face à un FC Sochaux-Montbéliard très en forme en Ligue 2, le FC Saint-Louis Neuweg n’a a priori aucune chance cet après-midi (16 h au stade de la Frontière) au 8e tour de la Coupe de France. Les frontaliers espèrent néanmoins que la magie de l’épreuve va à nouveau opérer.

C’est une mission a priori impossible. Même si l’écart s’est réduit de moitié par rapport à 2010 (Sochaux évoluait alors en Ligue 1, le FC Saint-Louis Neuweg en CFA 2, soit quatre divisions d’écart), peu d’observateurs miseront gros sur le club Ludovicien, qui accueillera tout à l’heure (à 16 h au stade de la Frontière) le club Doubiste, en verve depuis quelques semaines en Ligue 2.

« On ne va pas se mentir , nous ne pratiquons pas le même football , souligne Vincent Rychen, l’entraîneur d’une équipe battue 1-0 par les Sochaliens le 23 janvier 2010 1-0, alors qu’il en portait encore le brassard de capitaine. Sochaux, ce sont des pros, c’est leur métier. Sur mon groupe de 22 joueurs, je dispose en tout et pour tout de quatre éléments avec un contrat fédéral ».

Pour autant, les Ludoviciens ne vont pas partir battus d’avance. Comme d’habitude, ils vont jouer avec leurs forces, faites de solidarité, de solidité défensive, de courage, d’abnégation, pour tenter l’impossible, mettre en difficulté une équipe qui sait tout de son adversaire, puisque Peter Zeidler, son entraîneur, est déjà venu à deux reprises au stade de la Frontière. Ce qu’il a vu, face à Villefranche et à Chasselay, ne l’a certainement pas inquiété, puisque les frontaliers sont totalement passés à côté de leur sujet durant ces deux rencontres. Mais l’Allemand connaît trop bien le football pour savoir que ces matches de championnat n’ont rien à voir avec la Coupe de France.

« La motivation sera au maximum, c’est une évidence , sourit Vincent Rychen. Là, il n’y a aucun joueur à se plaindre du moindre bobo, tout le monde veut être sur le terrain. On parle souvent de la magie de cette épreuve. Il faut se servir de cette magie-là pour hausser notre niveau de jeu. Bien sûr, Sochaux est le grand favori, mais on va tout faire pour embêter cette équipe et être à la hauteur de l’événement ». Son club l’avait été il y a sept ans et s’était surpassé pour n’encaisser qu’un but face au sociétaire de l’élite Française.

« Il faut croire en nous , poursuit le technicien. Chacun sait qu’il devra faire un très grand match. On sait que dans le football, tout est possible, il y a toujours plein de rebondissements. On peut aussi envisager une grosse défaite, mais je n’y pense pas un seul instant. Il faudra avoir du cœur, de l’intelligence, ne pas faire n’importe quoi. Il n’y a pas de recette miracle, mais juste des bases sur lesquelles il faudra être parfait : généreux dans l’effort, un combat collectif, beaucoup de courses ».

Ce qu’il a vu ces derniers temps devant sa télé ou en vidéo ne l’a pas forcément rassuré. Les Sochaliens sont en pleine bourre, puisque depuis début octobre, ils ont pris 16 points sur 21 possibles en Ligue 2 (5 victoires, un nul et une défaite).

« Cela ne m’étonne pas du tout. C’est une belle équipe, qui se lance très vite vers l’avant. Elle n’est pas loin de faire partie du top de son championnat. Je trouve que c’est devenu une machine, avec plein de joueurs très intéressants. Après, le football réserve quelquefois de belles surprises ».

Pour se qualifier pour la quatrième fois de son histoire pour les 32es de finale de la Coupe de France, le FC Saint-Louis Neuweg devra en réserver une de taille à ses supporters. Ils n’attendent que ça.

 

Source L'Alsace :Cliquez ici