Rychen : "Continuer comme ça"

Le FC Saint-Louis Neuweg reprend enfin la compétition ce soir (18 h) avec un déplacement compliqué à Annecy. Après avoir perdu trois points lors de son passage devant la DNCG, le club espère que les joueurs vont repartir du bon pied comme lors du cycle aller.

Vincent Rychen, vous devez à présent avoir hâte de reprendre la compétition, non ?

Forcément, on a envie de reprendre le championnat. Cela fait pas mal de semaines que nous sommes dans les starting-blocks. C’est donc une bonne chose de retrouver le terrain, même si nous avons pas mal de blessés à déplorer.

Quel bilan tirez-vous de la phase aller ?

Je pense que nous avons progressé à tous les niveaux. Nous avons pourtant démarré la saison d’une manière pas fantastique sur le plan comptable. Nous avons perdu quelques matches comme face à Annecy ou à Reims que nous avons payé cher. Nous avons essayé de produire du jeu sans être récompensés, car nous avons manqué d’efficacité. Lorsque nous avons mis plus d’intensité, nous avons marqué plus de buts et ramené des points. Nous avons eu une série intéressante au mois de novembre, ce qui nous a permis d’acquérir 19 points pour nous hisser au 6e rang. Nous étions donc dans les clous par rapport à l’objectif, même si nous avons été moins intransigeants défensivement.

Ce parcours vous a donc largement satisfait …

On est dans l’objectif du maintien. Nous avons connu une très bonne dynamique jusqu’à la réception de Lyon à la mi-décembre. On a fait un cycle aller tout à fait encourageant, même si nous aurions pu mieux faire à domicile. Je pense notamment à la réception de Chasselay. Mais dans l’état d’esprit, dans le jeu, je n’ai pas de raison de ne pas être satisfait. Il faudra continuer sur cette lancée, tout en étant costaud défensivement.

Vous avez terminé peu de matches sans encaisser de but. C’est votre principal point faible ?

Quand tu n’encaisses pas de but, tu prends un point au minimum … C’est une question d’équilibre pour livrer des matches plus harmonieux, notamment sur les phases de transition ou sur les coups de pied arrêtés. Il faudra y remédier pour être plus efficaces sur les phases statiques. Il est clair qu’il faudra rectifier le tir sur ce point-là.

En début d'année, vous avez appris que la DNCG vous avait retiré trois points. Comment le groupe a-t-il réagi ?

Quand nous l’avons appris, nous avons été forcément surpris et déçus. Sur le terrain, quand tu gagnes des points, il est forcément très dur de les redonner. D’autant plus qu’ils ont été remportés de manière tout à fait légitime. Après cette déception, nous allons repartir sur nos bases pour rattraper ces points et faire une deuxième partie de saison aussi bonne que possible, avec l’objectif de chercher le maintien le plus vite possible. Nous savons que cela se jouera au couteau, mais nous sommes prêts à essuyer ce fâcheux revers. Nous, on se concentre sur l’aspect sportif. Le club a d’ailleurs fait appel de la décision.

À la trêve, Jérémy Anatole vous a quitté. Est-ce lié à la décision de la DNCG ?

Pas du tout. Jérémy a été fidèle au club durant dix ans, c’était un élément fort. Il a toujours eu un comportement d’exception, très généreux, et je me dois de le saluer pour ça. Un club Bâlois lui a proposé un travail et une reconversion au club. Il a 30 ans et il ne pouvait pas refuser une telle opportunité. Il a d’ailleurs rejoint Mikaël Feghoul, un ancien de chez nous, dans ce club. Il est parti en très bons termes.

Comment se présente cette rencontre de ce soir à Annecy ?

Les conditions d’entraînement ont été délicates ces dernières semaines, entre salle, synthétique et neige. Ce n’est du coup pas facile pour se préparer au mieux. Nouicer est blessé pour encore une longue durée, Brom traîne une pubalgie, El Bounadi a un souci au niveau du métatarse. Holtz et Créquit sont aussi incertains. Nous savons que ce sera un déplacement compliqué à Annecy, qui avait gagné le match aller. C’est une bonne équipe de CFA, qui a battu Andrézieux au courant de ce mois. Mais avec tous les joueurs valides, nous sommes déterminés à réussir un résultat. Histoire de nous mettre d’entrée sur les bons rails.

 

Source : L'Alsace.