Des soucis bien identifiés

Le FC Saint-Louis Neuweg a connu un certain retard à l’allumage en s’inclinant samedi soir à Annecy (3-1). Entame ratée, erreurs défensives, inefficacité offensive : ces maux sont bien connus.

Les vœux pour la nouvelle année sont encore tout frais. Du côté du FC Saint-Louis Neuweg, après un cycle aller plutôt réussi qui a même permis aux joueurs de lorgner vers la cinquième place, les souhaits étaient simples : retrouver une assise défensive, se montrer plus solides sur les phases statiques et faire preuve de la même efficacité offensive que celle montrée au cours d’un mois de novembre quasi parfait.

La première sortie de l’année 2017, samedi soir à Annecy, a montré que ces maux, s’ils sont bien identifiés, n’en demeurent pas moins encore très présents. Car les hommes de Vincent Rychen ont fait bien trop d’erreurs pour espérer prendre un point face à cette équipe d’Annecy qui aura donc fait le plein de points face à l’escouade Ludovicienne, puisqu’elle s’était déjà imposée au match aller.

« Nous avons fait une très mauvaise entame de match , constate le technicien frontalier. Nous avons encaissé deux buts largement évitables dès le premier quart d’heure. Le premier survient sur un coup de pied arrêté et une erreur de notre part. Le second est en revanche assez bizarre. L’arbitre a sifflé un coup franc pour Annecy et appelé Alexandre Gisselbrecht. Pendant ce temps, Annecy a vite joué le ballon dans le dos de notre défense et le buteur était démarqué, là où justement Alex aurait dû se trouver. C’est en quelque sorte un but gag, difficile à encaisser de cette manière. À 2-0 après un quart d’heure, notre plan de jeu, qui était de bien défendre, avait évidemment du plomb dans l’aile ». C’était déjà le cas lors du match amical disputé une semaine plus tôt face à Schiltigheim sur le terrain synthétique de Habsheim (2-2), où les Schilikois avaient marqué deux fois en début de rencontre.

Les Ludoviciens ont ensuite contrôlé la plupart du temps le ballon, que les locaux leur ont laissé en toute connaissance de cause. Car les Haut-Rhinois ne sont jamais très à l’aise lorsqu’il s’agit de faire le jeu. « La simple lecture statistique de la rencontre donne bien des enseignements , note Vincent Rychen. Annecy a tiré six fois au but et a marqué trois fois. Nous avons frappé autant de fois pour une seule réussite. Nous n’avons pas été au rendez-vous, notamment dans le dernier geste offensif. Nous avons manqué de tranchant offensivement, d’agressivité. Défensivement, nous avons aussi été trop gentils dans les duels. En seconde mi-temps, nous avons quelque peu rectifié le tir, nous avons été plus cohérents et fait jeu égal avec notre adversaire ».

Il faut dire que les Ludoviciens ont dû se passer de nombreux joueurs blessés : El Bounadi (pied), Nouicer (genou), Créquit (adducteurs), Holtz (adducteurs), Jennane (ischios-jambiers), Brom (pubalgie) et Asad (cheville) ont tous déclaré forfait. « C’est vrai que nous avions beaucoup d’absents, notamment un certain nombre de cadres, mais je ne veux pas me retrancher derrière ça , commente l’entraîneur. Il faut faire avec cette réalité ». Mais quand le capitaine et taulier de la défense, ainsi que la triplette offensive, sont absents, cela se ressent forcément sur la pelouse ensuite.

Malgré ces absences et cette entame de match ratée, Vincent Rychen est reparti frustré de Haute-Savoie. « Oui, car j’estime que notre adversaire était prenable avant-hier ! Si Annecy avait été supérieur en qualité, il n’y aurait rien à dire. Mais ils ont surtout été plus efficaces que nous, c’est ça qui me frustre. On leur a facilité le travail durant les premières minutes. J’aurais aimé un match plus méchant de notre part, dans le bon sens du terme, sur ce terrain synthétique. Je suis persuadé que nous aurions pu grappiller un point ». Le numéro un frontalier n’a plus qu’à reprendre son bâton de pèlerin et rabâcher une nouvelle fois ses consignes : mieux entrer dans le match, être solide sur coup de pied arrêté, être efficace dans les deux zones de vérité. Un résultat à Raon-l’Étape, samedi prochain, passe par là …


Source : L'Alsace.