Saint-Louis décimé et corrigé

Trop diminué, le FC Saint-Louis Neuweg n’avait aucune chance de pouvoir rivaliser avec l’armada présentée par la réserve Lyonnaise (5-1) dans ce groupe C de CFA.

Pouvant compter sur la présence de plusieurs professionnels expérimentés dans son onze de départ - le gardien de but Mathieu Gorgelin et les défenseurs Emanuel Mammana, Mapou Yanga-Mbiwa et Maciej Rybus - la réserve de l’OL a joué au chat et à la souris avec l’équipe Alsacienne de Saint-Louis pour l’emporter 5-1, hier. « Il nous manque sept titulaires indiscutables , a expliqué après coup Vincent Rychen, le technicien frontalier. Outre les blessures, certains ont renforcé notre équipe réserve. »

Dans ces conditions, on ne voit pas comment les visiteurs auraient pu déstabiliser des Lyonnais encore dans la capacité de jouer la 3e place (honorifique) à Annecy. D’autant qu’à l’issue de leurs quatre premières perforations dignes de ce nom, les Olympiens avaient fait mouche à trois reprises. Une ouverture du score signée Jean-Philippe Mateta sur un centre en retrait aux petits oignons de Rybus (6e ). Quatre minutes plus tard, initiée par Rybus, une action similaire avec centre en retrait parfait de Cognat, permettait à Aouar de doubler la mise (10e ). À peine le temps d’engager et les Alsaciens apathiques voire pathétiques se faisaient contrer dans leur propre surface. Et cette fois-ci, Maolida se chargeait d’être passeur au profit de Dzabana, meilleur buteur de l’OL (18e ).

Et Saint-Louis dans tout cela ? Une réaction d’orgueil à moins d’une baisse d’attention des Lyonnais, l’œuvre de Holtz obligeant Gorgelin à toucher et dévier son premier ballon (20e ). Gérant avec une facilité déconcertante cette rencontre à sens unique, l’OL se permettait le luxe de multiplier les actions similaires - accélération dans un couloir et centre en retrait - Mateta était trop juste sur un service d’Aouar (23e ). À la demi-heure de jeu, histoire de marquer son territoire, Maolida s’essayait sur un numéro en solo, un mélange d’accélérations, de dribbles et de feintes de centre, pour ajouter un 4e but, Grondin n’était pas exempt de tout reproche sur cette action. Délaissé, il est vrai par une défense passive (31e ).

Le reste de la partie n’avait plus guère d’intérêt sauf à savoir à quelle sauce les Alsaciens allaient être mangés. Comme on pouvait s’en douter, l’OL allait baisser de pied après la pause, et Saint-Louis tenter la réplique. Celle-ci a eu ses effets sur un bon numéro de Diampo, avant l’heure de jeu (56e ). D’un amorti subtil, il laissait sur place son garde du corps, tentait la frappe pleine lucarne. Gorgelin restait figé sur sa ligne. La réplique Lyonnaise se concrétisait sur un but d’Aouar, de près, après un service caviar de Perrin (75e ). Certes l’OL aurait pu ajouter un ou deux buts, alors que Saint-Louis avait timidement tenté la frappe trop peu appuyée d’Asad (72e ) ou la reprise de la tête tout aussi molle de Crequit. Maigre consolation, les Alsaciens ont fait jeu égal avec les Lyonnais en seconde période … Du moins au tableau d’affichage, les deux équipes ayant inscrit un but.


Source : L'Alsace.